LES DERNIERS ASSYRIENS est un film documentaire de 53 minutes écrit et réalisé par Robert Alaux.

Les Assyro-Chaldéens, chrétiens de toujours, parlent le syriaque, version moderne de l’araméen qui était la langue du Christ. De Sarcelles à Chicago, ces réfugiés d'Irak, de Syrie, de Turquie ou d’Iran sont membres des Eglises Chaldéenne, Assyrienne, Syriaque Orthodoxe ou Syriaque Catholique, et affirment être les descendants des Mésopotamiens de l’Antiquité. Ils sont accusés d’hérésies dès le 5ème siècle, rejetés de l’Eglise officielle, et se voient stigmatisés par les chrétiens d’occident sous les noms de Nestoriens et Jacobites. A partir de là ils se développeront de manière complètement autonome aux confins des Empires perse et romain. Ils sont dépositaires de liturgies et d’œuvres littéraires très riches qui sont parmi les plus anciennes du Christianisme. Du 7ème au 12ème siècle ils occuperont une place clé au sein du monde musulman et traduirons les grands textes grecs antiques en syriaque puis en arabe.

Ils évangéliseront jusqu’en Chine et en Mongolie pendant l’Age d’Or de l’Empire Arabe, mais finiront victimes du génocide de 1915 au côté des Arméniens et fuiront vers l’Europe et l’Amérique. Bien qu’ils portent des noms aussi divers que Chaldéens, Araméens, Assyriens, Suryoyo, Assyro-chaldéens, Syriaques, Suroyo, Syriens etc., ils partagent tous une culture commune, et la majorité d’entre eux considèrent qu’ils forment un même peuple. Le 20ème siècle aura signé leur éradication de Mésopotamie (voir le film « Seyfo l’élimination »).

De nos jours ils essayent massivement de quitter le Moyen Orient et ont presque disparu d’Iran et de Turquie sauf quelques villages au Tur Abdin où de vieux monastères syriaques orthodoxes restent toujours actifs. Mais ils sont encore près de 600 000 en Irak où le Mouvement Démocratique Assyrien tente de sauver leur culture. A travers l’histoire à la fois prodigieuse et tragique de ce peuple, on saisit combien identités religieuses et nationales sont difficiles à séparer en Orient. Ils doivent maintenant faire face à la pression  islamiste, et fuient vers l’Occident où ils risquent  de perdre des traditions qu’ils avaient réussi à maintenir depuis des millénaires. La connaissance de leur passé permet de comprendre comment s’est construite leur identité si particulière et surtout pourquoi se concentrent sur eux toutes les menaces qui pèsent sur cette région.

Cette histoire des Chrétiens araméens est le fruit de 7 ans de recherches et de nombreux voyages (Irak (avant et après l’invasion américaine de 2003), Turquie du Sud-est, Syrie, USA et Europe) sur les traces d’un peuple actuel qui a sans doute l’une des plus anciennes histoires connues. On retrouve dans ce film le Professeur Sebastian Brock (Oxford University) sommité mondiale de la culture araméenne, et Joseph Yacoub, grand spécialiste français des Assyro-Chaldéens et Assyro-Chaldéen lui même.

Robert Alaux a reçu félicitations et  encouragements de Mar Narsaï de Baz, Archevêque de l’Eglise Assyrienne de l’Orient, de Mor Samuel Aktas Archevêque Syriaque du Tur Abdin, de Mor George Saliba Archevêque de l’Eglise Syriaque Orthodoxe, du Cardinal Ignace Moussa Daoud, Préfet pour la Congrégation des Eglises Orientales, en charge de toutes les Eglises orientales catholiques (Chaldéens, Syriaques catholiques etc.) au Vatican, ainsi que de nombreux spécialistes, d’universitaires et de responsables politiques de cette communauté. Il s’agit d’un des tous premiers documentaires qui traite de l’histoire des Chrétiens Assyriens Chaldéens Syriaques depuis  l’origine de la langue araméenne jusqu’à la dramatique situation actuelle, et pour l’ensemble des Eglises de traditions syriaques. Il a été diffusé sur diverses chaînes de télévision, a été sélectionné dans plusieurs festivals internationaux de documentaires et a fait l’objet de nombreuses projections-débats dans divers pays d’Europe (voir article de presse).

L’auteur a été récompensé par la Ligue Syriaque lors du Symposium Syriacum qui rassemblait les spécialistes mondiaux en septembre 2004 au Liban. Il a également été récompensé en janvier 2005 à Enschede (Pays-Bas) par le Center for Information and Documentation Assyria qui travaille sur le génocide des Assyro-Chaldéens et des Syriaques qui eut lieu durant la première guerre mondiale en parallèle à celui des Arméniens.

Le film est disponible sur ce site en version française et anglaise.

Crédit photo : R.Alaux, M.Paboudjian, E.Loreaux, K.Petros-Elloff, C.Baumer, A. et S. Yalap - Tous droits réservés.